Petit déjeuner‑
prière national

1-613-992-4394

admin@nationalprayerbreakfast.ca

Bureau de Cathay Wagantall, députée
Édifice de la Confédération, pièce 746
Chambre des communes
Ottawa (Ontario)  K1A 0A6

  • White Facebook Icon
  • Twitter
Join our mailing list

©2019, Petit déjeuner‑prière national. Fièrement créé avec wix.com

But du petit déjeuner‑prière national

Le petit déjeuner-prière national a pour but de réunir des dirigeants dans l’esprit de Jésus-Christ afin qu’ils prient ensemble et tissent des liens. Le petit déjeuner-prière national est une rencontre chrétienne annuelle traditionnellement offerte sous les auspices du Président du Sénat et du Président de la Chambre des communes au nom du Groupe parlementaire du petit déjeuner-prière.

 

Un petit groupe de parlementaires de différents partis politiques qui prennent ensemble le petit déjeuner le mercredi lorsque la Chambre siège est à l’origine du petit déjeuner-prière national. Le petit déjeuner-prière national annuel est mieux connu, mais les rencontres hebdomadaires sont beaucoup plus importantes puisqu’elles permettent de nouer et d’entretenir des amitiés plus solides.

 

Le petit déjeuner‑prière permet de créer de véritables amitiés cultivées dans l’esprit du Seigneur. Nous espérons que les participants pourront trouver des moyens de se côtoyer en surmontant les différences religieuses, sociales et politiques afin d’enrichir ensemble la vie d’autrui.

 

Dans le cadre de ces rassemblements non partisans, les participants ont la chance de mieux se connaître les uns les autres et de reconnaître la présence de Dieu en chacun. L’exercice d’un leadership politique efficace a toujours exigé des rapports harmonieux entre les parlementaires indépendamment de leurs allégeances. Ce genre de relations facilite le fonctionnement de notre Parlement.

                   Le petit déjeuner‑prière permet de

              créer devéritablesamitiés cultivées

                             dans l’esprit du Seigneur.

Le petit déjeuner-prière des parlementaires a pour but d’amener des hommes et des femmes vers Dieu et de leur confier ensuite la tâche de jouer leur rôle de leader avec la grâce de Dieu. Il n’est pas l’œuvre d’un groupe de pression qui cherche à influencer les politiques. Le groupe parlementaire du petit déjeuner-prière n’a pas pour objectif d’influencer les autres pour qu’ils adoptent un point de vue particulier; il manifeste plutôt une grande confiance dans les voies du Seigneur et sait qu’en aimant les autres et en priant pour eux, le Saint-Esprit nous éclairera et nous aidera à grandir comme des hommes et des femmes qui aiment la miséricorde, recherchent la justice et cheminent humblement avec Dieu.

 

Le petit déjeuner-prière national annuel est axé sur le Christ sans toutefois être réservé aux chrétiens. Il ne vise pas à convertir des gens au christianisme; il a simplement pour but de réunir des gens dans l’esprit de Jésus et de les faire prier ensemble. Nous essayons ainsi d’aimer les gens qui nous entourent comme Jésus l’a fait.

 

Enfin, l’objectif du groupe du petit déjeuner-prière à Ottawa est de nouer des relations avec des adversaires politiques. Cela suppose aussi d’établir un dialogue avec des chrétiens de divers milieux théologiques et d’entrer en contact, avec amour et respect, avec des gens de différentes confessions. Ainsi, les enseignements du Christ se traduisent par des mesures discrètes, mais susceptibles de transformer nos vies.

Histoire du petit déjeuner‑prière national

Le petit déjeuner-prière national est une rencontre annuelle tenue conjointement par les présidents du Sénat et de la Chambre des communes et organisée par un groupe de bénévoles et d’employés dévoués. Traditionnellement, des femmes et des hommes d’horizons différents se rassemblent avec nos élus afin de prier pour le Canada dans l’esprit de Jésus Christ. Ce rendez-vous annuel existe depuis 1964. En fait, à l’exception de 1968, alors qu’une élection fédérale avait obligé son annulation, le petit déjeuner-prière national est la plus longue activité à avoir été tenue annuellement et sans interruption sur la colline du Parlement.

Le petit déjeuner-prière a vu le jour lorsque des députés ont commencé à se rencontrer au cours de petits déjeuners privés et apolitiques pour discuter de leur foi et de questions qui les touchaient. Ce groupe se réunissait alors sous la direction de l’honorable Walter Dinsdale (Manitoba) et de M. Robert Thompson (Alberta).

Le premier ministre Lester B. Pearson s’adresse aux participants au petit déjeuner‑prière national en 1964.

Dès le début, le petit déjeuner-prière a toujours comporté deux caractéristiques particulières. Premièrement, cette manifestation devait être animée par une personne laïque. On estimait que les laïcs étaient mieux placés pour établir des rapports avec les dirigeants.

 

Deuxièmement, il fallait (surtout chez les politiciens) que toutes les activités soient menées de manière discrète, sans publicité. L’objectif principal était de nouer des relations, et pour ce faire, rien de mieux qu’une démarche tranquille, personnelle et confidentielle.

 

Dès le commencement, il a été convenu de fixer une série de conditions. La première était de se concentrer sur les petits déjeuners-prières hebdomadaires et annuels. Il n’y aurait aucune organisation officielle : aucun président, aucun secrétaire ou trésorier, aucun nom officiel, aucun conseil d’administration, aucun organisme auquel il faut adhérer ou appartenir, seulement la responsabilité que s’imposent quelques amis ayant pour vision commune de louanger le corps du Christ.

 

Il a été aussi convenu que le travail effectué sur la Colline serait simple et limité. L’accent devait être mis uniquement sur Jésus Christ et non sur une organisation. Lorsqu’on appartient à une « organisation », il y a toujours un risque qu’on finisse par s’y identifier et qu’on perde de vue la raison première de son engagement.

 

Le seul objectif consistait à se soucier des gens.

Au fil des ans, il y a eu des changements à la direction. Il devint évident que pour continuer à se développer, ce ministère avait besoin d’une direction à temps plein. Kent et Kay Hotaling, un couple originaire de Seattle, dans l’État de Washington, déménagent donc au Canada en 1968 pour inciter davantage les dirigeants à se rencontrer régulièrement. Résultat : des groupes commencent à se réunir dans de nombreuses villes et capitales provinciales et, par la suite, des petits déjeuners annuels sont organisés dans la plupart des provinces canadiennes.

Quand les Hotaling retournent aux États-Unis, en 1972, un groupe demande à Bill et Sandra Bussiere d’envisager de quitter leur entreprise de Montréal pour prendre les rênes du mouvement. Bill, son épouse Sandra et leurs trois filles déménagent donc à Ottawa et Bill accepte de consacrer du temps aux députés et à d’autres dirigeants de partout au Canada jusqu’à son décès en 1994. Le révérend Jim Lee a ensuite pris la relève à temps partiel. L’épouse de Bill, Sandra, a également travaillé avec Jim, et les députés ont continué de se rencontrer une fois par semaine et de tenir chaque année le petit déjeuner‑prière national.

En 2004, Jack Murta, qui a été le président du petit déjeuner-prière parlementaire hebdomadaire et député de 1970 à 1988, s’est senti appelé par Dieu à envisager la possibilité de travailler avec les députés sur la Colline. Après une période de réflexion, Jack et son épouse Lyn sont revenus à Ottawa en 2005. Il continue aujourd’hui de travailler avec des dirigeantes et des dirigeants de différentes régions du Canada.

Le petit déjeuner-prière national est également présidé par un député. L’ancien président du petit déjeuner-prière national était le député Bob Zimmer. La nouvelle présidente est la députée de Yorkton‑Melville (Saskatchewan), Cathay Wagantall. Son bureau s’occupe de la coordination du 55e petit déjeuner-prière national, qui aura lieu le 7 mai 2020.